Acné I : Ce qu’il ne faut plus faire !

Posté dans: Dans mon corps, Je mange donc je suis rédigé par Guénola J.2 commentaires

Acné : comment l'éviter?
Acné : comment l’éviter?

Rien de plus déroutant pour un adolescent que de devoir supporter l’acné. Certains découvrent l’acné plus tard dans leur vie … Ouf! On a esquivé les humiliations scolaires mais on connaît ce regard interrogateur des collègues.  Alors, pour ne plus se cacher, voici quelques conseils pratiques :

Conseil anti-acné n°1 : Éviter de se tartiner des tonnes de crèmes

Les « remèdes miracles » pour traiter l’acné fleurissent sur internet. Il existe, en effet, toutes sortes de crèmes sur le marché qui promettent de vous « purifier  » de la tête aux pieds. Certaines sont efficaces… mais uniquement au cours de leur utilisation. Vous l’interrompez et voilà que l’acné ressurgit! Du coup, le consommateur en grande souffrance en dépend grandement, l’amenant à dépenser beaucoup d’argent et d’énergie pour s’attaquer aux symptômes sans malheureusement en comprendre les causes.

Avant donc de dépenser toutes vos économies dans des crèmes qui n’auront qu’un effet limité dans le temps et dans l’action, nous commencerons par analyser le fond du problème :

Comprendre l’intérieur pour aider l’extérieur : c’est l’unique solution !

Conseil anti-acné n°2 : Éviter de consommer des graisses cuites et/ou hydrogénées !

Les bonnes graisses sont indispensables à la santé. Par contre, les graisses transformées, hydrogénées, trop cuites, noircies et toutes sortes de fritures créent de l’inflammation au sein de l’organisme et par voie de conséquence bien évidemment… la peau !

De plus, si la matière grasse contient des oméga 3 (antiinflammatoires naturels), ceux-ci vont être détruits lors de la cuisson. La qualité de la matière grasse sera altérée.

Vous l’avez donc compris, les graisses transformées sont inflammatoires et créent donc… des inflammations (bravo!!). L’acné est une maladie de la peau due à une inflammation des glandes sébacées. Ainsi, tout ce qui est inflammatoire est à éviter absolument. En effet, plus l’on consomme des aliments inflammatoires, plus notre corps est en état général d’inflammation.

Conseil anti-acné n°3 : Éviter le sucre!

Quels sucres? Tous glucides confondus…. Oui, je sais ce n’est pas évident, mais nous consommons en général beaucoup trop de sucre. Et le sucre en excès crée bien sûr des dérèglement physiologiques (sur les plans hormonaux, de croissance, de transit, du système digestif…)

La journée « sucrée » d’un adolescent

Nos ados se retrouve souvent avec cette journée-type :

Sucre
Petit-Déjeuner et/ou encascéréales + lait animal + jus industriel+++
Déjeuner en
restauration collective
pain blanc, sauce industrielle, emmental, dessert industriel++++
En cassoda ou boisson sucrée et barre chocolatée++
Dînerpâtes sauce tomate en conserve, gruyère, « protéines » ultra-transformées (surimi, knacks, jambon…)+++
TOTAL SUCRETROP

J’exagère, pensez-vous? Peut-être pas?! En revanche, nous savons tous maintenant que même dans les conserves de petits pois ou de lentilles, dans les sauces tomates …. on trouve du sucre! Difficile, donc de l’éviter! Il est absolument partout !

Lorsque l’on se pose la question, et que l’on vérifie ce que l’on mange vraiment alors on se rend compte à quel point on en consomme ÉNORMÉMENT. Plus nous en consommons et plus grand est le risque de développer des champignons au niveau du système digestif. Effet boule de neige : on récolte alors des troubles cutanés.

Conseil anti-acné n°3: … les produits issus de « gros » animaux !

La viande rouge, alors?

Imaginez le bouleversement hormonal d’un adolescent, tout son corps change. La consommation d’aliments d’origine animale peut alors affecter de manière considérable tout son système endocrinien. Lisez plutôt :

Le système endocrinien regroupe les organes qui sécrètent des hormones : thyroïde, ovaires, testicules, hypophyse… Il libère ces médiateurs chimiques dans la circulation sanguine, pour agir à distance sur certaines fonctions de l’organisme comme la croissance, le métabolisme, le développement sexuel, le développement cérébral, la reproduction… Il s’agit donc d’un système de communication entre organes. Les perturbateurs endocriniens altèrent le fonctionnement de ce système en interagissant avec la synthèse, la dégradation, le transport et le mode d’action des hormones. Ces molécules se caractérisent donc par un effet toxique non pas direct, mais indirect, via les modifications physiologiques qu’elles engendrent.

on connaît plus précisément les mécanismes d’actions de ces substances. Selon le produit considéré, ils vont :

modifier la production naturelle de nos hormones naturelles (œstrogènes, testostérone) en interférant avec leurs mécanismes de synthèse, de transport, ou d’excrétion 

mimer l’action de ces hormones en se substituant à elles dans les mécanismes biologiques qu’elles contrôlent 

empêcher l’action de ces hormones en se fixant sur les récepteurs avec lesquels elles interagissent habituellement

En découle un certain nombre de conséquences potentielles pour l’organisme, propres à chaque perturbateur endocrinien : altération des fonctions de reproduction, malformation des organes reproducteurs, développement de tumeurs au niveau des tissus producteurs ou cibles des hormones (thyroïde, sein, testicules, prostate, utérus…), perturbation du fonctionnement de la thyroïde, du développement du système nerveux et du développement cognitif, modification du sex-ratio…

Perturbateurs endocriniens : Un enjeu d’envergure de la recherche
Dossier réalisé en collaboration avec Robert Barouki (unité 1124 Inserm/Université Paris Descartes, Toxicologie, pharmacologie et signalisation cellulaire, Paris)

et les produits laitiers…?

Beaucoup voient des améliorations sur leur acné en diminuant voire en arrêtant totalement les produits laitiers. En effet, on y retrouve des facteurs de croissances – des substances régulatrices de la fabrication ou de la croissance de certaines cellules – qui stimuleraient la sécrétion de sébum et favoriseraient l’inflammation (sans parler des perturbateurs endocriniens précédemment mentionnés).

Si l’on consomme quotidiennement du lait et des produits animaux issus d’un gros animal (ex. la vache : 900 kilos) :

  • allaitant (et les hormones qui vont avec)
  • ré-inséminé artificiellement ( hormone de gestation)
  • « bénéficiant » de traitements antibiotiques ( avec risque de prolifération fongique)
  • stressé par son milieu de vie pas très naturel (augmentation du taux de cortisol, une hormone encore)

… que vaut alors son lait? Quel effet sur le petit corps d’un(e) adolescent(e)?

Il ne s’agit pas de tout arrêter mais plutôt de préférer les produits de petits animaux (lait de chèvre ou de brebis) issus d’un environnement  « bienveillant » ou d’apporter du calcium végétal si ces laits ne sont pas supportés.

Les aliments riches en calcium – tels le poisson, les œufs, les épinards, le persil, les amandes et, bien sûr, le chocolat (noir à minima 70 % cacao) – seront ainsi préférés.

Conseil anti-acné n°5 : Éviter le stress

Mais « facile à dire! », me direz vous. Il va sans dire que l’adolescence est effectivement une période « un peu » (euphémisme pour certains) stressante. Entre la scolarité, la peur de l’avenir, les examens, les amitiés, les émotions nouvelles, les conflits familiaux, les conflits internes… Autant dire que pour le corps non plus cela n’est pas de tout repos. Or, le stress – et les sentiments négatifs en général – peuvent devenir l’ennemi numéro 1 de la santé.

Le stress entraîne de nombreux dysfonctionnements chez l’adolescent, notamment sur le plan hormonal, déjà bien bouleversé.

… et l’alcool?

Rajoutons également qu’il est nécessaire d’informer son adolescent de l’impact de l’alcool sur son organisme. En effet, il perturbe considérablement son organisme :

  • dysfonction du transit,
  • les hormones,
  • apporte du sucre,
  • crée une brèche aux bactéries,
  • crée une réaction inflammatoire,
  • a un impact sur le collagène,
  • empêche d’assimiler les minéraux ,
  • provoquent une déshydratation…

Bref, c’est loin d’être leur meilleur copain ! Oserai-je en plus parler de l’impact du tabac et de la drogue du coup sur les peaux acnéiques? Ils sont à proscrire bien sûr!

Voilà, vous avez compris tout ce qu’il ne faut pas faire! Et déjà vous sentez que vous avez bien compris le fonctionnement de votre corps. Prêts à découvrir les astuces pour aider votre peau à retrouver tout son éclat?

Lisez Acné II: Ce qu’il faut faire! A tout de suite!

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter ici. Pour une consultation naturopathique je reste à votre disposition ici.

A propos de l'auteur

Guénola J.

Facebook

Naturopathe Hygionomiste® diplomée de l'IFN du Québec, j'aime partager des conseils et astuces aux personnes qui veulent mieux vivre !

Comments

  1. Pingback: Acné II: Ce qu'il faut faire! - E-bienetre.fr

Laisser un commentaire